Emissions fugitives de COV
Aller au contenu principal Accéder aux Rubriques
  • Avertissement au visiteur!
    • Les informations contenues dans ces pages se veulent aussi exactes que possible et vous sont proposées en toute bonne foi. Cependant leur caractère est très général et elles peuvent être inappropriée dans une situation particulière. Toute application, choix ou décision qui en découlerait doit impérativement être préalablement validée par un expert compétent.

Emissions fugitives de COV

Les émissions de COV (Composés Organiques Volatils) dans l'atmosphère sont règlementées en France par l'arrêté du 29 Mai 2000 (publié le 13 Août 2000) qui constitue la transposition en droit Français de la directive Européenne 1999/13/CE.
Cet arrêté qui modifie celui du 2 Février 1998 ne s'applique qu'aux installations classées et remplace les dispositions précédentes de l'arrêté de Mars 1993.

Les COV sont définis comme toute substance organique à l'exclusion du Méthane, gazeuse dans les conditions d'émission.

Outre les flux gazeux émis par le procédé, les sources principales d'émission de COV sont:
- les fuites fugitives
- les opérations de chargement (de citernes par exemple)
- le traitement des effluents aqueux lors des opérations de flottation ou de de biodégradation
- la respiration des stockages lors des remplissages ou des échauffements naturels

Evaluation des débits

Il existe 3 méthodes d'évaluation des débits d'émission fugitive de COV:
- méthode des facteurs d'émission
- méthode fuite / non fuite
- méthode stratifiée

Dans ces trois méthodes, une émission est évaluée en fonction de:
- l'équipement source de l'émission
- et du fluide manipulé.

Les sources d'émission répertoriés sont:
- les vannes
- les garnitures de pompes
- les garnitures de compresseur
- les soupapes à leur échappement
- les brides
- les lignes ouvertes

Les fluides manipulés sont classés en:
- gaz ou vapeur
- liquides légers (très volatils)
- liquides lourds (peu volatils)
Les liquides sont légers s'ils contiennent >20% poids d'un composé de tension de vapeur >2mmHg à 20°C.

Méthode des facteurs d'émission

Utilise une liste préétablie du débit de fuite moyen pour les points d'émission potentiels.

========================================
Equipement Fluide Emission moyenne
(g/h)
---------- --------- ----------------
vanne gaz 5,6
liq léger 7,1
liq lourd 0,23

pompe liq léger 49,4
liq lourd 21,4

comp. gaz 228
soup. gaz 104
bride tous 0,83
ligne ouverte tous 1,7
========================================

Méthode fuite/non fuite

Une mesure sur chaque point d'émission potentiel est faite pour vérifier si une fuite existe ou non.
A chaque fuite détectée on affecte un débit moyen préétabli.

========================================
Emission estimée (g/h) pour:
Equipement ppm volume mesurés
Fluide <10000 >10000
(non fuite) (fuite)
---------- ------ ------ ------
vanne gaz 4,8 45,1
liq léger 1,71 85,2
liq lourd 0,23 0,23

pompe liq léger 12 437
liq lourd 13,5 389

comp. gaz 89,4 1608
soup. gaz 4,7 1691
bride tous 0,06 37,5
ligne tous 1,5 11,95
========================================

Méthode stratifiée

Cette méthode est la plus rigoureuse. Elle est définie dans un document émis par la CMA
(Chemical Manufacturer Association) de Washington en 1989 (Improving air quality guidance for estimating fugitive emissions from equipment).
On mesure la concentration en COV au plus près de la fuite, et en fonction de la valeur relevée ainsi que le type d'équipement et le type de fluide véhiculé, on applique un facteur SOCMI (Synthetic organic Chemical Manufactory Industry).

Facteurs d'émission SOCMI (g/h):

========================================
Equipement ppm volume mesurés
<1000 1000 >10000
Fluide à10000
----- --------- ----- ------ -----
vanne gaz 0,14 1,65 45,1
liq léger 0,28 9,63 85,2
liq lourd 0,23 0,23 0,23

pompe liq léger 1,98 33,5 437
liq lourd 3,80 92,6 389

comp. gaz 11,3 264 1608
soup. gaz 11,4 279 1691
bride tous 0,02 8,75 37,5
ligne tous 0,13 8,76 11,95
========================================

Respiration des stockages

Les méthodes d'évaluation d'émissions fugitives ne sont pas adaptées à l'évaluation des émissions par l'évent d'un stockage.
Cette évaluation ne peut-être que le résultat d'une étude détaillée des circonstances d'émission tenant compte de:
- l'amplitude des mouvements du bac (fréquence et volume de remplissage) car à chaque remplissage, un volume équivalent de gaz chargé de vapeurs du produit stocké est éjecté
- les variations de température de la phase gazeuse entre le jour et la nuit car pendant chaque phase d'échauffement du gaz chargé de vapeurs est éjecté tandis que pendant les phases de refroidissement de l'air frais est admis
- la technologie du bac (surface libre, toit fixe, toit ou écran flottant) car l'avantage des toits ou écrans flottants est de fortement limiter la vaporisation du liquide
- la technique d'inertage éventuel car un système à débit continu d'inerte génère un flux continu de gaz chargé de vapeurs tandis qu'un système à pression régulée le minimise

Un tel calcul est détaillé dans la publication n°2518 de l'API (American Petroleum Institute).


©Copyright 2013-2019. Droits réservés