• Avertissement au visiteur!
    • Les informations contenues dans ces pages se veulent aussi exactes que possible et vous sont proposées en toute bonne foi. Cependant leur caractère est très général et elles peuvent être inappropriée dans une situation particulière. Toute application, choix ou décision qui en découlerait doit impérativement être préalablement validée par un expert compétent.

Les aciers inoxydables

Les aciers inoxydables forment une famille d'alliages à base de fer, dont la caractéristique principale est la résistance à l'oxydation.
C'est le chrome, qui pour des teneurs >12% donne à l'alliage sa résistance à l'oxydation, en formant en surface une fine couche continue d'oxyde (quelques Angströms de Cr2O3) de protection.
Le carbone tend à faire précipiter le chrome sous forme de carbures, appauvrissant la matrice et diminuant sa résistance à l'oxydation.
On distingue:

LES MARTENSITIQUES

types 410, 420, 440B
leur teneur en chrome va de 12 à 17% et ne contiennent pas de nickel
leur résistance mécanique est élevée, mais leur résistance à la corrosion est la moins bonne des aciers inox, du fait de leur teneur faible en chrome et de leur teneur élevée en carbone.
Usages:
- arbres de pompe
- ressorts
- soupapes

LES FERRITIQUES

Types 405, 430, 446
Leur teneur en chrome va de 12 à 30% et ne contiennent pas de nickel
Si on les maintient à des températures de 450°C et au delà, ils se fragilisent par grossissement des grains, formation de phase sigma (45%Cr, 55%Fe) et de phase alpha' (90%Cr, 10%Fe)
Les aciers à 17% de chrome résistent bien à l'oxydation, mais sont difficilement soudables
Les aciers contenant plus de 20% de chrome ont une excellente résistance à l'oxydation à haute température; ils sont dits réfractaires.
Usages:
chimie pétrochimie et industrie alimentaire

LES AUSTENITIQUES

Types 301, 304, 316, 347
Ils contiennent de 7 à 20% de chrome et de 7 à 12% de nickel
Le plus courant est le 18-8 (18%Cr,8%Ni)
Leur résistance à la corrosion est excellente même à haute température (900°C) et leurs propriétés mécaniques restent satisfaisantes même à très basse température.
Les grains ont tendance à grossir au chauffage, sans que cela n'entraine de fragilisation.
Ils sont sensibles à la précipitation des carbures de chrome qui affecte la résistance mécanique et à l'oxydation.
une faible teneur en carbone, l'addition de titane et de niobium ainsi que l'hypertrempe (chauffage vers 1000°C suivi d'un refroidissement à l'eau), permettent de limiter ce phénomène.
L'addition de molybdène (2 à 4%) augmente leur résistance à la corrosion, en particulier dans les milieux chlorés.
Usages:
Industrie chimique et alimentaire

LES AUSTENOFERRITIQUES

Ils contiennent de 18 à 28% de chrome et de 6 à 9% de nickel.
Excellent compromis entre les austeniques et les ferritiques, leur limite d'élasticité est très supérieure à celle des auténitiques sans avoir la fragilité des ferritiques.
Leur résistance à la corrosion est excellente, en particulier la corrosion sous contrainte.




©Copyright 2013-2019. Droits réservés