Les rebouilleurs
Aller au contenu principal Accéder aux Rubriques
  • Avertissement au visiteur!
    • Les informations contenues dans ces pages se veulent aussi exactes que possible et vous sont proposées en toute bonne foi. Cependant leur caractère est très général et elles peuvent être inappropriée dans une situation particulière. Toute application, choix ou décision qui en découlerait doit impérativement être préalablement validée par un expert compétent.

Les rebouilleurs

On appelle rebouilleurs, les équipements de transfert thermique présents en pied de colonne à distiller, et chargés de faire bouillir le liquide.

Types de rebouilleurs

On distingue les rebouilleurs:
- à circulation naturelle
- à circulation forcée
- internes
- horizontaux à thermosiphon
- verticaux à thermosiphon 
- verticaux à film tombant

Fluide chauffant

Le fluide chauffant peut être:
- de la vapeur
- de l'huile chaude
- des gaz chauds de combustion
- un fluide chaud du procédé
L'énergie peut aussi être apportée par une résistance électrique plongeante.

Réglage de la puissance de chauffe

Différentes méthodes peuvent être appliquées suivant le type de fluide chauffant.

Avec de la vapeur

La vapeur transfert sa chaleur en se condensant.
La puissance de chauffe est proportionnelle au débit de vapeur condensé. La vapeur admise est généralement entièrement condensée.
Le débit de vapeur peut être réglé en étranglant plus ou moins une vanne sur le circuit d'admission. La pression et donc la température de condensation de la vapeur dans l'échangeur sont alors variables.
La puissance de chauffe peut aussi être réglée en ajustant le débit d'évacuation des condensats. L'échangeur fonctionne alors partiellement noyé; la surface utile pour la condensation de la vapeur est variable; la pression et donc la température de condensation sont constantes.

Avec un fluide chaud du procédé

Le débit total du fluide disponible est généralement indépendant de la quantité de chaleur à fournir au rebouilleur. Le réglage de la puissance de chauffe se fera en dérivant plus ou moins une partie du fluide chauffant, qui alors court-circuitera l'échangeur.

Avec une huile chaude

La température de l'huile chaude peut être ajustée en fonction de la puissance souhaitée sur l'échangeur, cependant le temps de réaction du système risque d'être important.
Si l'huile chaude est utilisée simultanément sur plusieurs services, et donc sa température doit demeurer constante, ou bien pour accélérer la réaction de la régulation, la puissance peut être ajustée comme avec un fluide chaud de procédé.

Courbe de vaporisation

Courbes de vaporisationConnaître la température d'ébullition du liquide à chaque point de l'échangeur est indispensable pour son dimensionnement. Celle-ci est fonction de divers paramètres:
- la composition du liquide
- la pression appliquée au liquide
L'ébullition d'un corps pur se fait à température constante quelle que soit la fraction de liquide vaporisée. Il n'en est pas de même dans le cas d'un mélange de corps de points d'ébullition différents; le composé de plus bas point d'ébullition est vaporisé préférentiellement, et la concentration dans le liquide, des composés de points d'ébullition supérieurs, augmente avec le taux de vaporisation; la température d'ébullition du mélange augmente également.
Pour permettre le dimensionnement de l'échangeur on définit donc une courbe de vaporisation indiquant la température d'ébullition du mélange en fonction de la quantité de chaleur échangée.

La courbe de vaporisation est également fonction de la pression opératoire. La pression n'étant pas identique en tout point de l'échangeur, il est utile de déterminer la courbe de vaporisation pour différentes pressions (deux au moins correspondant aux pressions extrêmes rencontrées.

L'origine de ces courbes est commune et correspond à la température du fond de la colonne de distillation.

Régimes d'ébullition

Dans un rebouilleur on distingue différents modes de transfert de chaleur vers le liquide à vaporiser:
- la convection
- la nucléation
- le film
La convection correspond au réchauffage du liquide avant qu'il n'atteigne sa température d'ébullition. L'échauffement local d'une partie du liquide au voisinage de la surface chaude provoque une diminution de sa masse volumique. La différence de densité avec le liquide froid environnant provoque un mouvement au sein du liquide tendant à éloigner de la surface chauffante le liquide chaud pour céder la place à du liquide froid. Ce phénomène est nommé la convection naturelle.
La nucléation correspond à la formation de petites bulles à la surface de la paroi chaude. Ces bulles grossissent et finissent par se détacher de la paroi et laisser la place à d'autres bulles en formation. Elles montent alors dans le liquide, provoquant une agitation s'ajoutant à la convection naturelle. Ceci explique pourquoi le coefficient de transfert associé à un liquide en ébullition est supérieur à celui associé à un simple échauffement de liquide.
Le régime de film correspond à la formation de bulles importante de gaz couvrant quasiment toute la surface chaude.

Le flux de chaleur pouvant être transmis par une paroi à un liquide en ébullition est limité lorsque le flux de vapeur généré est tel qu'un film continu de gaz se forme à sa surface. Ce film joue alors un rôle d'isolant thermique et le flux de chaleur peut brutalement chuter. Ce phénomène est appelé la caléfaction. Il se produit pour une différence de température limite entre la paroi et le fluide en ébullition qu'il est donc recommandé de ne pas dépasser. Cette différence de température limite et le flux de chaleur correspondant diffère selon les produits. Quelques exemples sont donnés dans le tableau ci-dessous:

====================================================
Produit Flux thermique Diff. de température
maximum limite
W/m² °C
------------ -------------- --------------------
Eau 1250000 25
Isopropanol 350000 35
Isobutanol 370000 45
Ethanol 450000 35
Ethanol-Eau 600000 30
Acétone 450000 25
====================================================

Rebouilleurs internes

Rebouilleur interneDisposés à l'intérieur de la colonne ils sont peut encombrants et économiques à installer, mais le transfert thermique est médiocre et la surface d'échange est limitée. A réserver aux faibles charges thermiques.


Rebouilleurs à thermosiphon

Le rebouilleur est placé à l'extérieur de la colonne et est relié à celle-ci par:
- une ligne venant du fond de la colonne amenant le liquide à rebouillir
- et une ligne retournant au-dessus du niveau liquide le mélange de gaz et de liquide. Une circulation verticale de bas en haut s'établit naturellement dans l'échangeur d'où le nom de rebouilleur à circulation naturelle.

Rebouilleur vertical

Rebouilleur thermosiphon verticalLes tubes sont disposés verticalement et le liquide à rebouillir circule à l'intérieur.
Le transfert thermique est important, les lignes sont courtes, le montage est compact.
Le taux de vaporisation est limité à 30% environ, la longueur des tubes est limitée et l'accès pour nettoyage est difficile.


Rebouilleur horizontal

Rebouilleur thermosiphon horizontalLes tubes sont disposés horizontalement et le liquide à rebouillir circule à l'extérieur.
Le transfert thermique est modéré, mais de tels échangeurs peuvent être dimensionnés pour de grandes charges thermiques.
Ils sont assez accessibles pour nettoyage.

Rebouilleurs à circulation forcée

Pour les services encrassant, pour les liquides visqueux, lorsqu'on craint que la circulation naturelle soit contrariée, ou lorsqu'on recherche un transfert thermique maximum, la vitesse de circulation peut être forcée par l'installation d'une pompe.

Rebouilleur à film tombant

Rebouilleur film tombantLes tubes sont disposés verticalement pour profiter de la gravité. Le fluide chauffant circule à l'extérieur des tubes tandis que le liquide à rebouillir circule à l'intérieur. Il est distribué au sommet des tubes de manière à former un film sur la paroi interne des tubes. Le liquide chemine depuis le haut du tube jusqu'au bas en recevant la chaleur de la paroi du tube. La vapeur générée chemine elle aussi vers le bas du tube où elle est rassemblée et conduite vers le bas de la colonne de distillation. Le liquide épuisé est lui aussi soutiré en bas de l'échangeur d'où il est évacué ou bien recyclé par pompe vers le sommet de l'échangeur pour un nouveau passage.

Ce type de rebouilleur est apprécié:
 - pour traiter des produits visqueux lorsque l'échange convectif  est limité
 - lorsqu'un taux de vaporisation élevé est souhaité
 - lorsque l'augmentation de la température d'ébullition due à la hauteur de liquide dans l'échangeur,  limite le transfert thermique (distillation sous vide, faible approche de température entre fluides chaud et froid, ...)

La distribution uniforme du liquide au sommet des tubes est particulièrement importante:
 - un défaut de liquide sur certains tubes conduit à une sous utilisation de la surface d'échange
 - un excès de liquide sur d'autres tubes peut conduire à les remplir et créer une surpression qui empêche l'ébullition

Rebouilleurs Kettle

Rebouilleur KettleUne chaudière de vaporisation est disposée à l'extérieur de la colonne reliée à celle-ci par:
- une ligne venant du fond de la colonne et amenant le liquide vers le bouilleur,
- une ligne retournant au-dessus du niveau liquide la vapeur générée.
La vaporisation à lieu à l'extérieur des tubes. Un niveau liquide est maintenu dans la calandre de l'échangeur, et une zone de désengagement des vapeurs permet de séparer gaz et liquide.
Si des composés non vaporisables sont présents, ils s'accumuleront dans le liquide du Kettle. Une purge est alors nécessaire pour en limiter l'accumulation.


©Copyright 2013-2019. Droits réservés